© 2019 LA COURSE DE L'ESPOIR

Mon père

J'ai eu l'idée d'organiser cette course à la suite du décès de mon père, Pierre Duclos. Il était atteint de la sclérodermie, une maladie qui a attaqué ses poumons. C'est d'ailleurs à bout de son souffle qu'il est décédé. Je voulais faire quelque chose d'utile pour cet homme qui a été le premier homme de ma vie, un modèle et, surtout, un héros dans son dur combat contre sa maladie..

Pierre Duclos, c'est mon père, mon héros! Parti trop vite, trop jeune, trop tôt. Voici son histoire...

 

Né en 1951, il s'est marié à Louise Champagne en 1975. Ensemble, ils ont eu trois enfants: Jonathan, Mélanie (moi) et Marie-Pier. Mon père a toujours tout donné pour sa famille, mais surtout de son temps. Il était un père exemplaire!

 

Mais comme plusieurs hommes de sa génération, il ne consultait jamais le médecin. "Ça va passer tout seul", disait-il. Un jour, l'évidence frappa à sa porte: il devait consulter un médecin. Il toussait tous les matins depuis trop longtemps, plusieurs mois, sans avoir de rhume, de grippe ou d'allergie. Le médecin décidat de l'hospitaliser. Il demeura à l'hôpital pendant environ 1 mois. À sa sortie, juste à temps pour les fêtes de Noël, nous savions que c'était loin d'être fini: les spécialistes allaient examiner mon père les uns après les autres. 

 

Plusieurs semaines, voire des mois plus tard, un médecin spécialiste de l'Hôpital général juif trouva la raison des difficultés respiratoires de mon père. Le diagnostic frappe: la sclérodermie*! Pourquoi fallait-il qu'il tombe sur une maladie peu connue... et avec une espérance de vie de 5 ans!!! Au fait, depuis combien temps avait-il cette maladie? Combien de temps lui restait-il à vivre? Personne n'avait de réponses à nos questions.

 

Après le diagnostic, mon père savait que la fin approchait, il le sentait. Les gens qui le connaissaient le savaient aussi par son attitude. Il tentait de voir tout son monde, de passer du temps seul à seul avec chacun de ses enfants, de faire quelques petites folies avec sa femme et pour sa femme...

 

Malheureusement, moins d'un an et demi après sa première hospitalisation, et après maintes et maintes rendez-vous de suivi à l'hôpital, mon père perdit le combat contre cette maladie qui est encore aujourd'hui peu connue et très difficile à diagnostiquer. C'est pourquoi j'ai décidé d'organiser une course au profit de l'Association pulmonaire du Québec, puisque ce sont ces difficultés respiratoires qui ont mis la puce à l'oreille des médecins.

 

*La sclérodermie est méconnue et chronique, diagnostiquée chez environ 4 personnes par 10 000 habitants. C'est une maladie auto-immune qui provoque le durcissement de la peau. Pour en savoir davantage, visitez le site www.sclerodermie.ca.

Quelques mots pour toi, papa

 

Papa, tu es parti si soudainement

Pourquoi toi?

Toi qui étais un père exemplaire

Un père présent pour ses enfants, même rendus grands

 

Tes coups fils quotidiens me manquent

Tes « je t’aime » me manquent

 

J’aurais voulu que tu sois là plus longtemps

Que tu connaisses davantage ton petit-fils Xavier

Que tu aies la chance de rencontrer ta petite fille Coralie

Te serrer dans mes bras une autre fois

Pouvoir te dire au revoir

Et je t’aime une dernière fois

 

Mais la vie en a décidé autrement

Tu es parti

Ta maladie a gagné

Et tu es tombé au combat

 

Papa, même si tu n’es plus parmi nous et que tu es absent de ma vie

Tu resteras à jamais présent dans mon cœur

 

Ta fille,

Mélanie